Archives pour la catégorie Agrandissement

Extension de votre maison : 6 erreurs à éviter

Vous commencez à vous sentir à l’étroit chez vous et vous rêvez d’agrandir votre maison.

L’extension permet d’avoir plus de place pour accueillir les enfants et petits-enfants, pour faire un bureau confortable ou pour installer une chambre de plain-pied.

Avant de vous lancer dans les travaux, voici la liste des erreurs à éviter pour que votre projet d’extension soit une réussite.

1 – Ne pas faire d’étude de sol

L’étude de sol permet de s’assurer que les fondations seront assez solides et durables dans le temps. En effet, si votre sol est très argileux, traversé par des veines d’eau ou que votre zone d’habitation est sujette aux activités sismiques, l’étude de sol va permettre de confirmer ou non les risques et d’adapter les fondations de l’extension en conséquence.

Bon à savoir : L’étude de sol pour l’assainissement individuel est obligatoire pour une extension sur un terrain qui n’est pas desservie par le réseau d’assainissement collectif.

L’étude de sol vous permet souvent de faire des économies sur les matériaux en optimisant la quantité de parpaing ou de béton pour les fondations.

2 – Négliger la loi

Il convient de vous renseigner avant tout auprès de votre mairie au sujet du PLU. Il se peut que votre commune impose une certaine distance entre votre extension et le terrain de vos voisins ou un certain degré de pente pour votre toiture… Renseignez-vous avant de vous lancer dans des ébauches de plans.
Si votre agrandissement ne dépasse pas les 20 m² de surface de plancher ou d’emprise au sol, une déclaration préalable est suffisante.
Ce seuil de 20 m² peut être porté à 40 m² pour les travaux concernant une construction existante. Vos travaux doivent, pour cela, être situés dans une zone urbaine d’une commune couverte par un plan local d’urbanisme (PLU) ou un POS (Plan d’occupation des sols).

Bon à savoir : Vous pouvez télécharger en ligne le formulaire de déclaration pour constructions, travaux, installations et aménagements non soumis à un permis : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F17578
Le délai d’instruction est de 1 mois. Si vous n’avez pas de nouvelle de l’administration dans ce délai, cela signifie que vous bénéficiez d’une décision positive de l’administration.

3 – Ne pas faire de plan.

Pour vos plans, n’hésitez pas à positionner vos meubles dans les pièces, cela permet de visualiser directement si les pièces seront suffisamment grandes pour circuler autours des meubles.
Si vous n’êtes pas un dessinateur chevronné, le plus simple est de prendre un cahier à petits carreaux. Chaque carreau mesure 0,5cm. On y dessine son plan au crayon de bois pour gommer facilement si besoin. Vous pouvez ensuite vous inspirer du catalogue papier Ikea qui propose des meubles en modèle réduit à découper et à positionner dans le plan.
Ce plan sommaire vous permet de vérifier que les dimensions de vos nouvelles pièces sont cohérentes. Lors du rendez-vous avec un bureau d’études (ou maître d’œuvre), les plans techniques seront réalisés pour valider votre projet.

Véranda pour extension

Véranda pour extension

4- Négliger la RT 2012

Dans le cas où votre extension représente plus de 30% de la surface de votre maison actuelle, il faut qu’elle respecte la norme thermique RT2012. La surface de référence à prendre en compte est la SRT.
Si vous entrez dans ce cas de figure votre extension devra respecter les contraintes de la RT2012 en termes de performance énergétique.
Même si vous êtes sous ce seuil de 30%, pensez à faire une extension économe en énergie (isolation performante, privilégier les ouvertures au sud, utiliser les énergies passives…). Vous prendrez soin de votre confort de vie tout en faisant des économies.

5- Ne pas prendre en compte le style architectural de votre construction actuelle

Veillez à ce que le maître d’œuvre prenne bien en compte le style architectural de votre maison pour vous faire une proposition cohérente. Une extension très moderne peut très bien se marier à une vieille longère bretonne. Un agrandissement en bardage bois peut moderniser le style d’une maison contemporaine. Habillage en pierre, en bois ou extension en « cube », les possibilités sont nombreuses… Mais il y a également des associations architecturales moins réussies…C’est le talent de votre maître d’œuvre qui fera toute la différence !

Extension de maison

Extension de maison

6- Sous-estimer le budget des finitions

Le budget pour les finitions d’un agrandissement est en général sous-estimé. Si vous désirez une terrasse, en plus de votre agrandissement pour une suite parentale, pensez à l’ajouter au chiffrage.
Pensez au bardage bois dont vous voulez habiller votre maison (pour une unité de style). Ajoutez également les portes de placard, les luminaires et les peintures à votre budget global.
Ainsi, pas de mauvaises surprises, vous pourrez aller au bout de vos envies avec une extension parfaitement terminée et à votre goût.

=> Demandez-nous un devis pour l’agrandissement de votre maison à Vannes ou dans les communes proches.
contact

10 questions à se poser avant de se lancer dans des travaux d’extension

Lorsqu’on se sent bien chez soi, on a parfois envie d’agrandir son espace de vie. Les projets d’extensions permettent d’ajouter une ou plusieurs pièces supplémentaires à la maison. Une chambre pour le petit dernier, un garage qui n’a pas été prévu lors de la construction, une pièce de vie supplémentaire pour un grand salon…

Ces agrandissements apportent un nouveau look à la maison et permettent souvent de lui redonner un coup de jeune.

Voici 10 questions qui vont vous aider à définir votre projet d’agrandissement :

1. Définir clairement la surface supplémentaire souhaitée

En cas d’agrandissement d’une pièce de vie (salon) ou d’ajout d’une nouvelle surface (garage, chambre et salle de bain), essayez de définir précisément de quelle surface supplémentaire vous avez besoin. Aidez-vous des pièces de votre maison ou chez vos amis pour avoir une idée précise de vos besoins en mètres carrés. Faites des ébauches de plans meublés pour vérifier que vous avez prévu suffisamment de place pour vos meubles.

2. Quelle est la surface constructible et le CES de mon terrain ?

Le CES (Coefficient d’emprise au sol) est exprimé en pourcentage, c’est la surface maximum d’emprise au sol de votre construction.
Vous trouverez ces informations à la Mairie dans le POS (Plan d’occupation des sols) ou le PLU (plan local d’urbanisme).

3. Que dit le cadastre ?

La consultation du cadastre permet de vérifier les limites séparatives de la maison (l’aide d’un géomètre est parfois nécessaire pour déchiffrer le plan du cadastre et éviter les mauvaises interprétations).

4. Suis-je sur un site classé ?

Si votre maison est située sur un site classé, il faudra faire un dossier pour acceptation par les Architectes des Bâtiments de France. Votre projet d’extension doit impérativement réponde aux préconisations des ABF sous peine d’être refusé. Les Architectes des Bâtiments de France ont un droit de regard sur la forme de la construction ainsi que sur les matériaux utilisés.
Par exemple, si vous êtes à proximité d’une chapelle classée, vous devrez faire attention à l’emplacement de vos ouvertures.

5. Est-ce que j’ai un plan de la construction d’origine avec la localisation des tuyauteries ?

Il faut tenir compte des canalisations (eaux usées, eau potable) et également du circuit électrique pour les fouilles du terrain.
Consultez le plan d’origine de la maison et renseignez-vous également auprès des voisins qui peuvent souvent vous fournir de précieux indices à ce sujet.

6. Comment raccorder l’extension à la construction existante ?

Faut-il casser un ou plusieurs murs ou remplacer une fenêtre par une porte pour pouvoir passer d’une pièce à l’autre ? Le mur à ouvrir est-il un mur porteur ?
Bien penser ses plans d’agrandissement permet de faire des économies et d’éviter des déceptions.

7. Quel est mon budget maximum pour l’extension ?

Une extension est toujours plus coûteuse qu’une pièce réalisée en même temps que la construction de la maison. Il faut bien souvent faire revenir tous les corps de métiers pour une petite surface et les économies d’échelles sont donc plus difficiles à réaliser.
Définissez un budget maximum que vous ne souhaitez pas dépasser et communiquez au maître d’œuvre ce budget dès le départ, cela permettra d’orienter les choix sur tel ou tel matériaux.

8. Est-ce que ma maison agrandie restera dans les prix du marché ?

Vérifiez avez précision que le montant total des travaux d’agrandissement additionné au prix de votre maison corresponde toujours à un prix du marché. Comparez et si le montant final (maison + travaux) est trop élevé par rapport aux biens identiques en vente sur le marché, alors il vaudra peut être mieux se tourner vers la construction d’une maison neuve.

9. Est-ce que la nouvelle surface hors œuvre nette RT (SHORT) du bâtiment dépasse 170m² ?

Si c’est le cas, il faudra faire appel à un architecte.
Imaginez que vous souhaitez une extension de 2 pièces d’une surface totale de 60m², la nouvelle surface hors œuvre nette RT (SHORT) de votre maison dépassera peut être la limité des 170m². C’est la limite à partir de laquelle il est obligatoire de faire appel à un architecte, et de déposer une demande de permis de construire à la mairie de votre commune.

10. Est-ce que mon extension est conforme à la RT2012 ?

Votre agrandissement doit respecter la norme RT2012, vous devez donc vous assurer que les matériaux utilisés et les ouvertures permettront à la construction de respecter cette réglementation thermique.

Faire appel à un bureau d’études peut vous faire économiser beaucoup de temps et parfois éviter les mauvaises surprises. Notre bureau d’étude présent en Morbihan depuis 2001, bénéficie d’une grande expérience en construction et rénovation. N’hésitez pas à nous contacter pour un devis.

contact